Le lièvre de Mars

Il y a de la folie dans ce Lièvre de Mars dont le nom tiré du conte de Lewis Carroll, Alice au Pays de merveilles, nous rappelle l’importance du genre. Il en faut un peu (de la folie) pour se lancer dans l’aventure de l’édition avec des publications d’ouvrages datant de plusieurs décennies. Oui mais voilà, ce ne sont pas n’importe lesquels. Ce sont des albums qui ne s’usent jamais à force d’être lus et relus. Des albums qui avaient disparu quelques temps pour mieux renaitre aujourd’hui.  Car si nous avons accès à de grands classiques tels que Max et les maximonstres, de Maurice Sendak ou encore Ranelot et Buffolet d’Arnold Lobel, combien d’autres trésors ont disparu de nos tablettes qui méritent d’être repris pour les enfants d’aujourd’hui, mille fois plus forts que certains ouvrages  totalement inutiles, pour ma part. Il est aussi rassurant de constater que le milieu de l’édition cherche le beau et l’intelligent pour les enfants.

Certains livres seront réédités dans leur intégralité, d’autres  auront quant à eux droit à une cure de jeunesse en se voyant attribuer de nouvelles illustrations (tel Voici Colin, que l’on trouvera sous une traduction de Christiane Duchesne et illustré par Gérard DuBois).

C’est bien! C’est affreux! sont en fait les exclamations du tigre Java au récit que Sanji, le petit garçon, lui fait de ses mésaventures avec Rhino. Seulement, voilà, le temps du récit va rattraper le moment présent et lorsque l’histoire s’achèvera, ce sera à Java de prendre la poudre d’escampette, et au tour de Sanji de s’exclamer « C’est bien! ». Mais est-ce affreux? À vous d’en juger.
Il y a du rythme, de la ruse, et des émotions dans cet album que les enfants auront à coeur de lire et relire sans se lasser. La mise en page est particulièrement intéressante avec un cadrage double page montrant Sanji d’un côté (toujours à gauche) et Java de l’autre, à droite, Java qui change d’expression à chaque page. Au loin, en 2e plan, l’aventure se déroule sur un fond bleu magnifique décoré d’arbres stylisés.

Le 2e album paru à ce jour s’intitule Le petit Ivan et met en scène entre autres, un personnage bien connu des contes russes, la sorcière Baba Yaga. L’esprit russe est immédiatement reconnaissable dans ce conte grâce aux couleurs chaudes (avec dominance de rouge) et aux motifs rappelant le décor des datchas. L’histoire quant à elle contient les ingrédients indispensables au conte traditionnel : un désir « moteur » de l’histoire, le monde merveilleux, l’intervention d’un obstacle au bonheur, le dénouement par la ruse et la victoire sur le mal. Ce petit Ivan a droit à sa deuxième chance. On pourrait dire qu’il renait par cette aventure où il se dépasse, avec un charmant petit coup de pouce de la nature.
Un album indispensable pour introduire le genre aux enfants. Des enfants pour qui le merveilleux reste une fascination.

Acheter ces albums: Le petit Ivan   et  C’est bien ! C’est affreux!