Écoutez ! C’est l’histoire…

Jeanne Ashbé, une auteure que j’admire,  réfléchit beaucoup sur le rapport des tout-petits aux livres/ la lecture. Elle dit :   » c’est par les oreilles, qu’on entre d’abord dans l’histoire ».
Des oreilles qui perçoivent une langue, un rythme, des tonalités, des vibrations, des graves et des aigus reliés aux personnages qui se meuvent sur les pages. Les petits sont dépendants de  cette transmission orale qui reste essentiel. Des oreilles qui écoutent un grand lui raconter. C’est comme cela que passe le plaisir de la lecture.
Il n’est donc pas étonnant en ouvrant cet album, d’y lire cette dédicace : « À l’association Lire et faire Lire, sans qui ce livre n’aurait pas existé. »

Car C’est l’histoire  (d’Anne Crausaz) aux éditions MeMo, est un livre sur l’attente de l’histoire, l‘impatience de voir arriver celle ou celui qui la lira,  et l’importance de créer ce DÉSIR d’écouter et s’aventurer avant même de savoir lire. Tout est là.

C’est l’histoire  parle de récits en devenir, d’aventures dont on ne connaît jamais la fin, qui demandent à notre imaginaire de faire le reste.  Et tout cela grâce à Madame Ourse qui chaque semaine vient à la même heure et installent son petit monde confortablement sur un tapis. Lapin, Souris, Singe et Éléphant  l’attendent pour visiter la nature, la lune, les étoiles, les potagers,  les galeries souterraines ou les montagnes, grâce à ces mots qui coulent et les entrainent sur des chemins qu’ils n’auraient jamais cru possibles.

À chaque nouvelle histoire impulsée (Madame Ourse prend soin de choisir à chacun une histoire qui va lui plaire particulièrement), on nous livre quelques indices  permettant de deviner, voire d’anticiper, de quoi elle sera composée. Lapin a droit une histoire dans laquelle les personnages ont râteau, chapeau, binette et arrosoir. Pour celle de Souris, il faudra mettre des lunettes et un bonnet d’aviateur. Pour Singe, un ciré et une lampe de poche. Et pour Éléphant, nous devrons emporter une corde et des gants.

Même si nous ne savons pas, nous lecteurs, ce qui est réellement arrivé dans l’histoire, nous constatons que chacun en revient  toujours un peu différent, grandi sûrement, blessé parfois, ou plein de trésors. Et après l’histoire, chacun aura envie de partager ses aventures avec des amis. «Ce que je trouve joli dans un livre, c’est que, ensemble, on partage quelque chose sans forcément en ramener la même chose», dit Kitty Crowther. Et bien, c’est exactement cela!

Voici un ouvrage formidable pour faire réaliser aux enfants la nécessité de la fiction, ou déclencher une discussion sur LIRE, POUR QUOI FAIRE?
La réponse est simple : pour nous transformer chaque fois un peu plus puisque, comme le disait si bien l’artiste Jean Paul Riopelle, nous sommes toujours en métamorphose.

D’autres livres qui parlent des livres, de la lecture…
L’enfant des livres, d’Oliver Jeffers et Sam Winston
J’aime les livres, d’Anthony Browne
C’est un livre, de Lane Smith
Vive les livres, de Jane Blatt et Sarah Massini

En savoir plus sur Anne Crausaz

 

La montagne

 

Chaque jour, le livreur traverse la montagne.
Mais aujourd’hui, il doit faire une petite pause.

Comme c’est bizarre.
Ce n’est pas par ici. Ni par là.
Impossible de retrouver son chemin.
Et il n’y a personne pour l’aider. Il est seul.

Seul avec les arbres. Seul avec les fleurs et les aigles.
Seul avec la rivière, les pierres et les poissons.
Seul avec la montagne.

Ah mais voilà…C’était là.
Bizarre.

Voici en quelques lignes l’histoire de La montagne, de Carmen Chica et Manuel Marsol (aux éditions Les Fourmis Rouges), un album au texte plus que minimaliste,  où les illustrations étonnantes  s’emparent de la narration.
Certes le petit livreur est « seul avec la montagne », mais il ne réalise pas à quel point la montagne l’accompagne.

Mais revenons à la page couverture de cet album tout en hauteur, format parfaitement adapté à l’idée de la montagne: le personnage est assis au sommet sur des rochers moussus, l’air un peu perdu ou rêveur, face au ciel bleu, clair et dégagé.
Les pages de garde intéressantes offrent un cadrage qui prend du recul sur l’image de page couverture, dévoilant une vie humaine dans la vallée, où l’on aperçoit un petit village. Elles indiquent par ailleurs deux moments différents de la journée, suivant en cela la temporalité de la narration.

À force de traverser quotidiennement la montagne, sans doute le petit livreur ne voit-il plus la beauté qui l’entoure. Il aura l’occasion, en cette belle journée, d’en apprécier toutes les facettes, à commencer par le bonheur de faire pipi dans la nature ! Rêve-t-il tant déjà, accroupi dans l’herbe, pour en perdre ses points de repères et ne plus retrouver le chemin de son camion?

À partir de ce moment là, nous errons avec lui, dans et avec la montagne. Le ciel a disparu, caché par la densité des immenses pins bleu-verts et le sommet des monts. C’est si touffu que notre petit livreur n’aperçoit pas ce petit être curieux et malicieux aux yeux rouges vifs, deux minuscules phares dans la nuit. Il se pense seul mais nous, lecteur rassuré, savons désormais qu’il est accompagné de ce regard, ainsi que des animaux qui vont et viennent autour de lui.

Est-ce le pouvoir de ces deux yeux qui le guident à travers les monts ? Quoi qu’il en soit, l’imaginaire s’emballe, déformant ses visions, interprétant ce que les sens amplifient: regarder dans le trou d’un arbre, toucher l’écorce, plonger la main dans la rivière… Tout geste se métamorphose. Lui -même devient une sorte de yéti aux couleurs de son chandail, qui atteindra le sommet de la montagne pour s’y délecter. On le sent libre, se laissant chatouiller par la douceur de l’herbe, appréciant le délicieux parfum des baies sauvages.
-C’est le 7e ciel !
-Vous ne croyez pas si bien dire, car au sens propre, le ciel réapparait.

L’errance se termine en douceur grâce aux petits yeux rouges qui le guident. Quand il retrouve son camion, le ciel est rougeoyant. Peut-être est-ce simplement son chandail rouge déformé qui lui donnait une apparence animale?
Que reste-t-il de son aventure ? Quelques brins d’herbe accrochés sur sa tuque.
Et à nous lecteur, il reste ce voyage au coeur d’une nature généreuse remplie de surprise et dominée par de magnifiques nuances de vert et de bleu.

Merci, petit livreur, de t’être arrêté au bord du chemin. Grâce à toi, le temps s’est étiré dans ces espaces montagneux avec un immense plaisir et l’on souhaite que cela arrive encore.
Qu’il est bon de se perdre, parfois!

Manuel Marsol a remporté le 8e Prix International de l’Illustration lors de la Foire du Livre de Bologne 2017 pour son travail sur La Montagne.

Acheter LA MONTAGNE

Ah, les belles folies de Ponti!

Ah, les belles folies de Ponti!

De la vallée des Touim’s (Ma vallée, 1998) à la folle course en livre (La course en livre, 2017), Claude Ponti crée un univers unique, un peu fou pour certains, déconcertant pour d’autres, ludique sans aucun doute, fascinant pour les enfants et tous ceux qui ont la capacité d’être connecté l’enfant qu’ils ont été. Ou celui qu’ils auraient aimé être.
Oui, heureusement, dans le monde des livres jeunesse, il y a quelques fous de la trempe d’un Ponti et il n’y en a pas tant que cela, alors profitez-en! Et profitez de leur douce folie.

La prose poétique (et donc musicale) qui se mêle aux représentations fantastiques des histoires de Claude Ponti, tour à tour étonne ou amuse les enfants. Mais cet auteur a surtout le pouvoir de les toucher, droit au coeur. Sans doute par la libération d’un imaginaire sans limite accompagné du plaisir du délire.
Mais aussi et surtout, je crois, parce qu’il donne à ses petits héros  une force vitale proche de la survie. Ils portent en eux ce courage et une certaine « inconsciente » confiance dans leur fragilité, parce que Ponti leur permet de vivre des évènements incroyables, terribles et délicieux, tout cela à la fois. De la folie, jamais de mièvrerie. Dans une société qui a tendance à censurer, uniformiser, formater, ça fait vachement du bien!

Claude Ponti est  amoureux fou des enfants. On le sent à travers ce qu’il leur permet de vivre. Il les autorise à tout ou presque : partir, revenir, courir, affronter les dangers, chercher, rencontrer, s’étonner,  être astucieux, être amoureux. Il les autorise à la plus grande liberté qui soit. C’est pour cela qu’il ne faut jamais oublier de présenter ses livres aux enfants! N’en déplaise à certaines grandes personnes qui les trouvent  trop…compliqués ? (elles ne savent peut-être pas se laisser aller), durs? (ah oui? pourtant la vie même dans une cour de récréation n’est pas si facile),  effrayants ? (pas plus que le loup qui dévore le petit Chaperon Rouge). Ils oublient que les enfants trouvent dans cette douce folie de quoi rassasier leurs émotions, leurs fantasmes, leurs rêves, puisque tout est possible.

Avez-vous déjà observé un petit qui découvre un livre Claude Ponti? Il est littéralement hypnotisé et suit pas à pas les chemins empruntés par le héros. Quitte à se perdre avec lui, quitte à marcher sur des échelles imaginaires, quitte à ne pas tout comprendre. Mais c’est aussi cela, la lecture, n’est-ce pas ? Attendre que les choses aient du sens. Ne pas savoir où l’histoire nous mène. Deviner, anticiper ou se laisse surprendre.
Les héros ont une telle force qu’ils obligent Ponti à inventer des mots pour mieux préciser les choses, ils ont une telle force que dans leur monde, les champignons ou les pierres parlent. Et peu à peu, le texte se révèle grâce aux illustrations. C’est du boulot de lire du Ponti!!

Certes, le fil de ses histoires n’est pas toujours joyeux: pauvreté (Schmelélé), rejet (Okilélé), maltraitance (Mô-Namour), fin du monde (Bih-Bih et le Gouffron-Bouffron),…Pourtant jamais de pathos ni de lourdeur de sentiments. Il laisse ses personnages aller jusqu’au bout de leurs aventures et de leurs moyens pour mieux rebondir, et mieux revenir, car on en revient toujours. Il est là, le message important, si message il y a. Ponti imagine des héros capables  d’explorer  seuls leurs démons, de prendre des risques et de s’en sortir admirablement. Il y a toujours une solution, réelle ou magique.

Les illustrations de Claude Ponti prennent parfois des formes inattendues, imprévisibles, angoissantes ou accueillantes selon le moment de l’histoire. Elles jouent évidemment un rôle très important. Elles expriment la forme que prend la vie autour de nous selon nos émotions. Un peu comme Anthony Browne qui va jouer sur une transformation surréaliste du décor, Claude Ponti propose un univers en métamorphose constante qui permet aux personnages de trouver des portes ou des passages pour fuir ou se cacher. Du coup, tout peut prendre vie car tout est nécessaire. Et l’imagination est sans limite. Observez, dans L’avie d’Isée, la beauté du voyage dans des architectures éblouissantes !

Il y aurait tellement à dire. J’en perds la notion du temps. Un article de blogue se doit d’être court. Mais un mot encore, concernant son dernier album, La course en livre, joli prétexte pour revenir sur l’ensemble de son travail. Je me suis demandé comment il en était arrivé là, Claude Ponti, à faire une course en livre, au bout d’une centaine de livres. La réponse logique serait tout simplement « pour se marrer dans un livre ». Mais j’y  décèle aussi l’admiration de l’auteur envers les enfants qui plongent dans la lecture, s’y délectent ou s’y perdent. C’est sacrément complexe de lire ! Décoder, comprendre, articuler, revenir en arrière pour se rappeler des trucs de l’histoire ou revoir des choses qui nous avaient échappé, avoir envie de fermer et recommencer. Ou s’autoriser à ne regarder que les illustrations. Quelle excitation pour le cerveau! Quelle espace de liberté incroyable. Claude Ponti, c’est ça son secret. Donner envie de lire parce qu’on relit. Oser partir à l’aventure et se rencontrer nous-mêmes pour mieux revenir. Et puis, que craindre dans un livre ? Dans La course en livre p.54, on peut lire: « impossible d’être prisonnier d’un livre, on sort quand on veut. C’est Blaise le poussin masqué qui le dit, donc c’est vrai. »

Bibliographie totale sur le site de l’éditeur

Acheter La course en livre

Je garde un faible avec Ma Vallée, belle entrée en matière dans le monde de Claude Ponti. Mes coups de coeur vont aussi vers Schmélélé, Okilélé, L’Avie D’Isée, L’arbre sans fin, Le Non ou Dans rien (Tromboline et Foulbazar), Blaise et le château d’Anne Hiversère...en fait j’ai du mal à m’arrêter.

Prochain article:  Histoires d’amis de Grégoire Solotareff