Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

À la rencontre du tigre du Bengale

J’aime flâner au hasard des rues, entrer dans une librairie, puis me laisser porter par le choix d’un libraire. Proposezmoi un coup de coeur, ai-je dit en entrant dans la Galerie-Librairie Les originaux rue Saint-André des Arts à Paris, dans le 6e. Je n’ai même pas voulu entendre parler de l’histoire que pourtant la libraire mourait d’envie de me livrer. Je ne connaissais pas son auteur ni son illustrateur. Le livre est entré dans mon sac et je savais qu’il me réserverait une surprise de taille. J’avais confiance en cette jeune femme passionnée qui souhaitait partager sa trouvaille. Je me disais aussi que c’était un bon moyen de surprendre les enfants. Glisser un livre dans leur sac, ne s’attendre à rien mais s’attendre à tout.

PANTHERA tigris s’inspire de Sani Prajnanpad, maitre indien (1891-1974), qui disait « ne pensez pas, voyez! ». Il disait aussi que « le contraire de l’illusion, c’est la vérité. Le contraire du mental, c’est voir. » Autrement dit, un maitre qui encourage à expérimenter, à être actif pour découvrir la vie.

Racontée par Sylvain Alzial et illustrée par Hélène Tajcak (éditions du Rouergue), PANTHERA tigris est l’histoire d’un savant très savant, qui « passait ses journées à lire ». (…) »ses connaissances étaient immenses ». Mais voilà qu’il s’entiche du Tigre du Bengale dont il ne sait rien et décide de partir dans la jungle indienne à sa rencontre, muni de son savant livre.

Le tigre. Quel animal! Certes il est déjà bien connu des enfants. Que l’on pense au livre de la jungle et à la fascination qu’il exerce  sur nous. Il se fait rare sur terre, on redoute sa puissance, on le protège, on le chasse.

Accompagné dans sa quête par un jeune homme simple qui connait parfaitement la nature  et n’a pas lu de livres, le savant s’enfonce dans la jungle à la rencontre du noble animal. Au fil des pages, il nous apprend tout, de ses dents à ses griffes rétractiles, de  sa vue aux poils de sa moustaches que l’on nomme vibrisses. Ce savoir qu’il récite sans jamais écouter les mises en garde répétées du jeune homme, s’accompagne d’illustrations créant au lecteur un jeu entre savoir et imaginaire. Certaines pages ressemblent à des planches de sciences naturelles, d’autres sont plus imaginatives et contemporaines dans leur facture.
C’est alors que surgit le tigre. Face à la bête sauvage et à ses rugissements, malgré tout ce qu’il a appris dans ses planches anatomiques, le vieux savant prendra la fuite en hurlant.

En peu de pages, cette histoire soulève des propos bien intéressants. Que veut dire apprendre, savoir, connaitre? Et lire ?
À la simple mais essentielle question pourquoi lit-on?, l’histoire répond …pour voir! Mais voir, alors, qu’est-ce que ça veut réellement dire?
À vous de voir. Un petit clin d’oeil vous est offert en 4e de couverture.

Les enfants adoreront la tension qui monte jusqu’à la fin, ponctuée par les avertissements, et décideront s’ils le veulent du sort promis au savant, et au jeune homme moins savant. Ils pourraient avoir envie d’autres livres dans ce genre. J’ai pensé au Loups d’Emily Gravett chez Kaléidoscope. Un délice.